Jamais Plus de Colleen Hoover

Edition Hugo & Cie

Nbre de pages : 402

Résumé : Lily vient de perdre son père. Mais elle n’est pas triste. Il battait sa mère et a enduré sa violence durant toute son enfance et adolescence. Lily vient d’emménager dans une nouvelle ville, bien décider à repartir de zéro. Elle y rencontre Ryle. Sera t-il celui qui va l’aider à définitivement  tourner la page ?

Avis :

Que dire si ce n’est que c’est encore du grand Colleen Hoover. L’auteure tire des ficelles dans ce roman qui nous rend fou. Le début de l’ouvrage nous présente Lily, une jeune femme ouvrant une boutique de fleurs. Elle rencontre Ryle et tout de suite c’est l’alchimie entre eux.

Cela pourrait être une romance classique, mais voilà Colleen Hoover nous promet plus. Lily en parallèle relit son journal écrit lorsqu’elle avait 15 ans. Elle y conte son premier amour. Jusque là rien d’inquiétant, mais alors que Ryle et Lily avancent dans leur relation, Lily revoit… Atlas, ce premier amour.

C’est d’autant plus dur car avec les deux récits on s’attache aux deux personnages masculins. Aucun des deux n’est celui qui n’aura jamais aucune chance avec l’héroïne. Alors qui va t-elle choisir ? Je n’avais qu’une hâte, tourner les pages pour le découvrir.

Colleen Hoover décrit avec justesse et délicatesse les pensées d’une femme battue. Cela nous est tous arrivé de penser : « comment cette femme peut rester avec un homme qui la bat »? et dans le roman l’auteure ne juge pas mais explique plutôt que ce n’est pas si simple. Imaginez que la personne que vous aimez le plus a un écart de conduite et qu’il est si simple de pardonner, que ferions-nous à la place de Lily ?

Car le personnage violent que décrit Colleen Hoover n’est pas le méchant que l’on déteste dans l’histoire, le lecteur s’attache à ce personnage et c’est d’autant plus difficile, tout comme pour Lily. 

En conclusion c’est un véritable coup de cœur. Colleen Hoover aborde un sujet délicat sans en faire trop et l’on comprend le message qu’elle veut faire passer sans jugement. Savoir partir, laisser partir est une preuve d’amour plus forte que de rester et retenir.

Extrait : 

Moi j’ai Ryle. Atlas à une copine. Nous avons chacun une entreprise, comme nous l’espérions depuis toujours. Ce n’est pas parce que nous ne sommes plus sur la même vague que nous n’appartenons pas au même océan.

Note : 

coeurcoeurcoeurcoeur

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s