En Bref… Tome 194

  • Le prêt de livres numériques en bibliothèque, bientôt sur IPad et IPhone.
  • L.A Confidential de James Ellroy : les crimes seront bientôt en série.
  • Festival New Romance 2017 : rendez-vous littéraire et (presque) galant à Cannes.
  • Le livre aux Etats-Unis toujours poussé par la croissance de l’audiobook.
  • Alice Zeniter, lauréate du Prix littéraire 2017 Le Monde.

Résultat de recherche d'images pour "festival de new romance cannes"

 

Publicités

Bibliothèque de Tours : Au bonheur des lecteurs avec Estelle Faye

J’ai commencé à raconter des histoires pour mon petit frère (Aymeric, de cinq ans mon cadet). A l’époque, nous voyagions souvent en train, avec nos parents, et pendant les trajets je jouais la radio vivante. Je me suis d’abord cantonnée aux récits que je connaissais, à des contes et légendes, ce genre de choses… Puis, très vite, je me suis mise à en inventer, des histoires façon romans feuilletons, pleines de rebondissements, de magies, d’aventures… que je créais à mesure que je les dévidais.

Ensuite je suis partie vers d’autres horizons, je suis devenue comédienne, j’ai étudié le théâtre, à Paris et San Francisco, j’ai fait de la mise en scène, monté ma propre troupe. Mais toujours l’écriture était là, tapie dans un coin. L’écriture me rattrapait. J’ai commencé à écrire des pièces, puis des scénarios. En parallèle, j’ai étudié la littérature à la Sorbonne.

Fin 2008, j’ai envoyé une nouvelle pour un appel à textes sur les dragons, pour une anthologie chez Calmann-Lévy. Ma nouvelle a été retenue, publiée. A partir de là, tout s’est enchaîné, premier roman, autres nouvelles, autres romans…

A part ça, j’aime l’océan, le café, les musiques qui tachent (mais pas que…), les sports de combat, les horizons lointains, les atmosphères nocturnes et urbaines, et les chemins de traverse.

Aujourd’hui, je vis en banlieue parisienne, et je continue à raconter des histoires. (Source Estelle Faye.fr)

Résultat de recherche d'images pour "estelle faye"

Bibliothèque de Mulhouse : Rencontre avec l’auteur Lukas Bärfuss

Dans le roman « Koala », le narrateur retourne dans sa ville natale afin d’essayer de comprendre la raison du suicide de son frère. Koala était son nom scout, reçu au début de l’adolescence. Pourquoi cet animal totem ? Armé d’une implacable volonté de savoir, il cherche la raison de ce choix et suit jusqu’au bout cette piste.

Prix suisse du Livre en 2014, ce livre a été traduit en français en 2017.

Rencontre animée par Peter Schnyder.

Né en 1971, Lukas Bärfuss vit à Zurich. Aujourd’hui, il est l’un des auteurs germanophones les plus connus. Politique, combatif, dans la tradition des grands intellectuels allemands, il se bat pour un monde où les valeurs de l’esprit l’emporteraient sur celles de l’économie.

Résultat de recherche d'images pour "lukas bärfuss"

En Bref… Tome 191

  • Jeanne Moreau voulait adapter « Soltice » de Joyce Carol Oates.
  • Royaume-Uni : les habitants de Barnet veulent sauver leurs bibliothèques.
  • Le livre audio tire la croissance de l’édition américaine au premier trimestre.
  • Une adaptation belge pour Albator, au cinéma en 2020.
  • Une boulangerie Game of Thrones ouverte par Ben Hawkey aka Hot Pie.

Résultat de recherche d'images pour "jeanne moreau"

 

Bibliothèque d’Angers : Gérard Eppelé, l’apostrophe du regard

L’arlésien Gérard Eppelé, ancien assistant de Jean Dubuffet, est l’un des six artistes qui a accompagné Michel Butor en 2014 dans l’illustration de son poème Ruines d’avenir inspiré de la Tapisserie de l’Apocalypse. Lors de l’exposition de Ruines d’avenir au château d’Angers en 2016, il a offert à la Bibliothèque municipale une trentaine de ses livres d’artistes peints ou gravés réalisés depuis 1961.

La présentation de cette donation rend hommage à un peintre qui développe une œuvre centrée sur l’homme et le mystère infini de son regard.