Wilder de Rebecca Yarros

Edition Harlequin

Nbre de pages : 457

Résumé : Leah a accepté d’être tutrice d’un élève un peu spécial. En effet, il s’agit de Paxton Wilder, il est riche, il est beau et il adore les sports extrêmes. En plus de devoir l’aider à étudier, la jeune femme pourra t-elle résister à ce passionné d’adrénaline ?

Avis : 

Je ne m’y attendais pas et pourtant c’est un coup de cœur. Le roman commence très fort avec un rythme soutenu par comme les sports extrêmes que pratique Wilder. Le jeune homme embarque sa tutrice, Leah pour une descente en tyrolienne. Passion, courage, ils vont devoir repousser tous les deux leurs limites.

Ensuite j’ai trouvé originale l’idée du cadre : étudier toute une année sur un bateau, je n’avais encore jamais lu un livre avec cette idée et j’ai beaucoup apprécié. J’ai beaucoup aimé tous les mélanges dans cet ouvrage. Les deux personnages principaux ont un lourd passé. Le sport extrême rythme l’intrigue ainsi que le mystère autour de sabotages du matériel de l’équipe des Renegades.

Qui sur le bateau voudrait nuire à Wilder et à sa bande ? Beaucoup d’ingrédients qui font qu’on ne s’ennuie pas une seconde. L’histoire d’amour de Wilder et Leah m’a beaucoup plu. Leur attraction physique mais aussi la découverte de chacun, leurs cicatrices et surtout cette manière de se faire mutuellement confiance.

L’acceptation aussi car pour Leah il n’est pas facile de voir l’homme qu’elle aime risquer sa vie dans chaque défis qu’il se lance même si cela fait parti de lui. Enfin, il y a un personnage clé qui n’arrive qu’à la fin du roman mais qui donne un ultime rebondissement à l’intrigue auquel on ne s’attendait pas et j’ai adoré.

Conclusion : Je ne me suis pas ennuyée une seconde durant ma lecture, le couple Leah/Wilder, l’intrigue bien ficelée en font une excellente romance que je vous conseille pour passer un bon roman de lecture.

Extrait : 

Je voulais toucher son cœur, en avoir un petit bout rien que pour moi, l’obliger à se livrer, à me regarder, à me voir. Je voulais qu’elle trouve que j’étais un mec bien. Pour quelqu’un qui se foutait royalement des autres depuis dix ans, c’était assez dingue.

Leah était plus compliquée à approcher que les nanas que j’avais connues avant elles, mais je me sentais à la hauteur. J’étais capable de remporter des médailles aux Jeux de l’extrême, je pouvais bien trouver le moyen de conquérir Leah. 

Comme disait mon père :  » On s’engage à fond, ou on laisse tomber. Le pire, c’est de faire les choses à moitié. »

Note : 

coeurcoeurcoeurcoeur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s