Vera de Karl Geary

Couverture du livre : Vera

Edition : Rivages

Nbre de pages : 276

Résumé :  Sonny est un  jeune homme qui partage son quotidien entre les études et son travail dans une boucherie. Un jour, il va aider son père à faire des travaux dans une maison tenue par une femme se nommant Vera. Tout de suite le jeune homme fasciné par cette femme qui va être à son écoute.

Avis : 

Autant le dire tout de suite : j’ai abandonné ce roman. Pour plusieurs points, tout d’abord la présentation du livre faite par The Guardian promet au lecteur quelque chose d’énorme : « Une histoire d’amour inoubliable » et au fil des pages je n’ai pas trouvé ce que je cherchais dans le roman. C’est une relation entre un jeune homme et une femme plus âgée et là où j’ai arrêté l’histoire il n’y avait même le début d’une relation.

Et cette admiration pour cette femme de la part de Sonny n’est pour moi pas les prémices d’une grande histoire d’amour comme nous le promet le sous-titre. Autre point qui m’a dérangé c’est la narration à la deuxième personne du singulier. L’auteur nous oblige à être à la place du personnage et ça a mis un frein à ma lecture. J’aime avoir ma place de lectrice et non pas celle du personnage.

Vous avez donc compris mon avis pour ce roman est négatif car il y a trop de promesses de faites autour de ce roman et pour ma part je ne pouvais être que déçue.

Extrait : 

Ya rien a tiré des bouquins. De ces foutus bouquins. Au bout du bout tout ça c’est rien. Tu passas devant le salon et montas l’escalier. Il ne restait plus que la salle de bains alors tu t’y enfermas. Tu te laissas tomber par terre et attendis de reprendre ton souffle. On se calme on se calme, songeas-tu. Ça ne te lâchait pas. Ces satanées larmes se mirent à couler et tu te cognas la tête en arrière jusqu’à te faire mal.

Dans un accès de rage subit, tu lanças le livre à travers la salle de bains; son dos usé se brisa et une pluie de feuilles volantes retomba. Lentement, lentement, rouge, noir et jaune. Ta mère avait sans doute raison : les livres n’étaient pas pour les garçons qui découpaient de la viande.

Note : 

coeurcoeur3coeur3coeur3

By Mercythompson

Publicités

5 réflexions sur “Vera de Karl Geary

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s