La Fille du Train de Paula Hawkins

Edition Pocket

Nbre de pages : 453

Résumé : Rachel a perdu son travail. Mais pour ne pas éveiller les soupçons de Cathy qui l’héberge, la jeune femme continue de prendre le train tous les jours à la même heure pour sauver la face. Durant son trajet, elle voit plus spécialement une maison où vit un couple qu’elle nomme Jess et Jason. Tout change lorsqu’elle apprend que la femme qu’elle surnommait Jess,  qui s’appelle en réalité Megan,  a disparu.

Avis : 

Dès le départ, l’auteure touche le lecteur avec quelque chose que tout le monde peut connaître. Quand nous prenons les transports et que nous faisons le même trajet plusieurs fois, nous avons le temps de regarder le paysage qui nous entoure, ce qui est le cas de l’héroïne. Une héroïne qui n’est pas montrée sous son meilleur jour : alcoolique, grosse, repoussante pour les hommes.

Pour autant l’écriture de l’auteure, elle, ne m’a pas repoussée et m’a incitée à poursuivre ma lecture. Un autre personnage fait son apparition : Megan, femme mariée qui a dû fermer sa galerie et qui depuis se cherche. Elle cherche une passion qui pourrait la maintenir dans la vie car elle est très stressée et ne veut que  se réinventer chaque fois.

Le personnage de Megan est dans une quête permanente. Nous revenons ensuite à Rachel qui explique qu’elle n’a pas toujours été cette femme désespérée. Elle avait une maison, un mari, avant qu’il ne la quitte pour une autre femme nommée Anna. Je pense que ça aide à mieux comprendre le personnage, même si ça n’excuse pas son comportement.

Néanmoins tout le monde peut voir son monde s’écrouler et sombrer à n’importe quel moment de sa vie. J’ai vraiment été prise par l’histoire avec malheureusement la coupable idéale dans la disparition de Megan en la personne de Rachel. Cette dernière n’a aucun souvenir de ce qu’elle a fait la nuit où Morgan a disparu.

Elle se trouvait dans le quartier de Megan et a été vue par Anna. J’ai trouvé suspect qu’Anna, qui ne porte pas Rachel dans son cœur, la livre si vite aux policiers. En tout cas je doutais qu’il n’y ait pas de double intentions de la part d’Anna dont l’une est de faire du tort à Rachel. Rachel n’est pas une héroïne comme les autres.

Alors qu’elle est déjà bien en danger avec l’accusation qui pèse contre elle (la femme de son ex-mari l’accuse de harcèlement), l’alcoolisme de Rachel ne lui cause que des problèmes, ce qui m’a presque fait sourire. En effet, elle subit de nombreux « trou noir » et commet ou croire commettre et qui ne peut que la mettre dans l’embarras.

Pire, alors qu’elle arrive à convaincre la police qu’elle n’a rien à voir dans la disparition de Megan, son implication pouvait s’arrêter là. Et bien non, pour des raisons bien propres à la personnalité de l’héroïne (alors que moi je me serais fait toute petite) celle-ci décide qu’elle doit jouer un rôle dans cette affaire.

Une façon je pense de se donner de l’importance, un besoin plutôt. L’enquête se fait à travers Rachel et ne se base que sur ses intuitions, ses sentiments vis-à vis des gens. L’auteur a très bien construit son personnage car Rachel est tellement à la dérive que je n’avais aucune confiance en ses convictions.

L’auteure développe le personnage d’Anna. Elle  déteste  Rachel et à des mots parfois durs. Mais ce qui est vraiment triste et drôle pour moi, je dois l’avouer,  c’est qu’Anna redescend très vite de son petit nuage et commence par petits gestes ressemblants à ceux de Rachel. Malgré que son personnage soit moins développé, Anna à une très grande importance dans l’intrigue.

Je vais m’arrêter là pour ne pas tout dévoiler et conclure ma chronique. Paula Hawkins nous livre un polar que j’ai trouvé différent et très bon. Avec un personnage complètement à côté de la plaque et qui se retrouve dans une enquête policière pour assouvir un besoin de reconnaissance. Une fois ouvert, j’ai eu beaucoup de mal à détacher mes yeux du livre.

Avec toutes les critiques positives j’avais peur d’être forcément déçue et heureusement  pour moi le roman est à la hauteur de mes attentes.

Extrait : 

Parfois, dans mes cauchemars, je me retrouve dans le passage souterrain à côté de Blenheim Road, mais le chemin derrière moi est condamné, et je ne peux plus avancer parce qu’il y a quelque chose, quelqu’un qui m’attend, et je me réveille prise d’une terreur panique.

Ils ne la retrouveront jamais. Chaque jour, chaque heure qui passe renforce ma certitude. Elle va devenir un de ces noms, une de ces histoires qu’on entend : disparue, recherchée, son corps jamais retrouvé.

Et Scott n’obtiendra jamais ni justice, ni paix. Il ne pourra jamais pleurer une morte ; il ne saura jamais ce qui lui est arrivé. Il n’aura ni conclusion, ni résolution. Ces pensées me tiennent éveillée, la nuit, et j’ai mal pour lui.

Il n’y a rien de pire, je n’imagine pas plus douloureux que de ne pas savoir, et cela ne s’arrêtera jamais.

Note : ♥♥♥♥

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s