Quelqu’un comme toi de Xavier Bosch

Afficher l'image d'origine

Edition Robert Laffont

Nbre de pages : 360

Résumé : Gina rencontre un jour au bas de chez elle, un homme qui recherche Paulina, sa mère. Cet homme qui ‘appelle Mark indique à Gina qu’il a trouvé une carte de visite dans un livre à Londres. Gina ne sait pas encore que cet indice va la mener au passé de sa mère, morte alors qu’elle était encore une enfant.

Avis : 

Dès les premières pages j’ai considéré ce roman comme un roman « séducteur ». Un sentiment tout à fait personnel qui tient à l’écriture de l’auteur qui m’a totalement séduite ainsi qu’à la fluidité de l’histoire qui malgré le fait qu’elle peut sauter plusieurs années ne souffre pas de coupures trop nettes entre les chapitres.

L’histoire commence par un court chapitre à l’école primaire puis nous passons à la vie de Gina qui a dix-huit ans. La jeune femme rêve d’indépendance poussée par la relation tendue avec son père. Un jour, elle rencontre Mark qui est à la recherche de Paulina, sa mère, morte il y a des années.

Gina se fait passer pour elle et apprend que sa mère a laissé une carte de visite dans un livre. C’est comme ça que Mark a pu remonter jusqu’à elle. A partir de ce moment, Gina va commencer à se poser des questions sur sa mère qu’elle ne connaît pas plus que ça.

La jeune Gina a une brève aventure avec Mark, de 20 ans son aîné, mais même s’il ne s’agit que de sexe, j’ai ressenti de la tendresse entre ces deux personnages. A ce stade de ma lecture, je me demande si Mark réapparaîtra dans le roman.

Surprise, mais toujours avec beaucoup d’habilité, je me retrouve dans le chapitre suivant 20 ans plus tard dans une réunion d’anciens élèves. Gina a 38 ans et éprouve le besoin de connaître le passé de sa mère pour pouvoir avancer. L’auteur va alors conter l’histoire de la mère de Gina.

Avec un ancien camarade, Gina remonte le passé de sa mère et le lecteur découvre quatre jours qui ont beaucoup comptés pour elle. Cette histoire est très touchante et est pour moi comme un souvenir très précieux qu’il faut garder au fond de soi.

L’histoire pose aussi des questions : Peut-on tout quitter pour vivre ce qu’on croit être le grand amour ? Faut-il s’attacher en se mariant si l’on peut rencontrer une autre personne au cours de sa vie ?

Paulina dit elle-même dans le roman qu’il faut mieux vivre l’instant même s’il est éphémère et s’en souvenir que de ne pas le vivre du tout. Ce qui me surprend c’est que Gina en apprend plus avec l’amant de sa mère qui a passé quatre jours avec elle que son père qui a passé des années avec Paulina. Une histoire très précieuse avec une teinte d’actualité car elle aborde le terrorisme à travers le personnage de Mark qui réapparaît à la fin du roman.

Un livre que je vous conseille pour passer un tendre moment et découvrir une histoire d’amour brève mais intense. Ce roman est aussi une ode à l’art et à la littérature, un véritable délice.

Extrait : 

L’amour est comme la vie. Sans date de péremption, il serait très ennuyeux. Là, ils tombèrent d’accord. L’attrait, ce qui nous anime, le moteur qui nous fait palpiter, languir, souffrir, prendre sur nous, c’est que nous ne savons pas quand cela se terminera.

L’amour comme la vie. Ils peuvent durer ou s’achever demain. Soudainement ou peu à peu, en douceur, s’amenuisant comme l’écume des vagues. La clef, c’est l’illusion que le bonheur existe.

Certaines personnes traversent ce monde sans même le humer. Nous possédons tous notre propre définition de l’amour, toi, moi, les voisins du dessous. Julie, Antoine, Fernández…, et il n’en existe pas deux identiques.

Nous pourrions les glisser toutes dans une enveloppe, puis, en ouvrant cette dernière, découvrir autant de formes différentes de l’amour que de personnes ayant participé au jeu. Ils voulurent croire que leurs propres définitions se ressembleraient beaucoup, à cause  de tout ce qu’ils s’étaient dit, de ce qu’ils avaient partagé.

À quelques détails près, peut-être. Paulina refusait de penser que c’était sa dernière nuit à Paris. Jean-Pierre, qui ne voulait pas régler ses propres comptes, vivait le présent comme une goutte de miel.

Note : ♥♥♥♥

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s