Phobos : Les Ephémères de Victor Dixen

Edition Robert Laffont

Nbre de pages : 433

Résumé : Leonor, jeune femme de dix-huit ans fait partie du programme Genesis qui a pour objectif d’envoyer 6 filles et 6 garçons sur la planète Mars. Durant le voyage, les prétendants devront apprendre à se connaître et former des couples qui s’établiront sur Mars. Si tout cela ressemble à un rêve, le voyage ne sera pas sans difficultés pour Léonor et ses coéquipiers.

Avis : 

J’ai beaucoup aimé ce roman mais tout d’abord je voudrais parler d’un point qui me gêne sur l’histoire. Il n’y a pas de précision sur l’année à laquelle se passe l’histoire et j’ai trouvé assez légère la manière dont l’auteur explique que l’on peut aller sur Mars et y survivre.

A part le fameux rapport Noé qui a été caché montrant qu’on ne peut survivre sur Mars, le romancier ne démontre pas que l’on a découvert qu’on pouvait vivre sur Mars. Voilà pour le point qui m’a dérangé dès le début du roman.

J’aime beaucoup le concept de télé-réalité qui est vraiment poussé à son paroxysme et l’on se demande : Sera t-il possible un jour de faire ça ? Malgré le sentiment pur qui réunit les candidats : l’amour, on se rend compte très vite que tout n’est que business dans l’ombre.

Le fameux rapport Noé attestant qu’on ne peut pas survivre sur Mars est gardé sous silence en allant jusqu’au meurtre si celui-ci risque d’être découvert. Tout cela contraste avec la rêverie des jeunes femmes et hommes qui embarquent pour tomber amoureux et fonder une famille sur Mars.

Pourtant avant d’embarquer, Leonor, le personnage principal a de derniers doutes, comme un présage que l’aventure ne sera pas si belle que ça. Malheureusement, la jeune fille embarque, désirant commencer une nouvelle vie.

Au fil du roman, nous découvrons deux facettes de l’histoire : le déroulement des vies des douze prétendants dont les rêves paraissent bien innocents par rapport à la véritable manipulation qui œuvre à Genesis.

Le livre devient encore plus intéressant lorsqu’Andrew Fisher, fils d’un des participants à la réalisation du projet Genesis, mort « accidentellement », importe un drone pour découvrir le secret des dirigeants de la télé-réalité.

Dirigeants, je l’ai dit manipulateurs, brassant beaucoup d’argent, argent très présent comme l’auteur le démontre par exemple avec les sponsors des participants misant beaucoup sur leurs poulains. J’avoue m’être prise au jeu et être moi-même lectrice et spectatrice de cette télé-réalité, attendant les speed-dating des candidats.

Les spectateurs du roman, eux n’apparaissent que très tard dans l’histoire mais l’on ne peut pas louper l’abrutissement dont ils font l’objet par exemple comme la répétition du slogan avant le lancement de l’émission. Victor Dixen nous livre tous les secrets de la télé-réalité, qui, il faut l’avouer sont loin d’être innocents.

Le livre se termine sur la découverte du rapport Noé par Léonor, qui se retrouve face à Serena, la marionnettiste de ce programme. Léonor qui a perdu tous les soutiens des téléspectateurs par son comportements à pourtant raison de vouloir dévoiler le terrible secret qui plane sur Genesis.

Malheureusement, le roman se termine ainsi et il faudra que je me procure le tome 2 pour savoir la suite. Je me demande comment va se dérouler ce prochain tome, les prétendants vont-ils aller tout de même sur Mars ou retourner sur Terre ? Suspens.

Extrait : 

Marcus : « Bonjour, Léonor. »

Sa voix est rocailleuse, un peu plus casée encore que la première fois-comme si la retenue la brisait davantage. Gros plan sur le visage de Léonor, aussi lisse et fermé en apparence que celui de son hôte. Mais pour qui sait bien regarder, le tremblement de ses iris ne trompe pas, on dirait de l’or fondu.

« Bonjour, Marcus », dit-elle.

Contrechamp sur Marcus, en très gros plan.

Champ : or liquide.

Contrechamp : argent en fusion.

Léonor : « Je croyais que tu ne m’inviterais jamais plus »

Marcus : « Je croyais que tu voulais que je respecte ta règle. Une fois toutes les six semaines. Voilà, c’est la sixième semaine. C’est cette fois-là. »

Léonor : « Tu m’as toujours classée en dernier dans tes Listes de coeur. »

Marcus : Tu as toujours prétendu que seul le dernier classement avait de l’importance. »

Les deux jeunes gens sont parfaitement immobiles de chaque côté du Parloir, en suspension.

Léonor : « À quel jeu joues-tu ? »

Marcus : « Au même jeu que toi. »

Léonor : « Non, je ne crois pas. Pas le même jeu. Le mien est clair et logique. Le tien est vague et imprévisible. Tu parles de moi aux autres comme d’une géante rouge qui brûle tout et apporte la désolation. 

Kenji me l’a dit… Je pensais que je ne te reverrais pas du voyage. J’aurais préféré. Ça aurait été plus simple. »

Marcus : « Il n’y a que la mort qui soit simple, et éternelle. Parce que tu vois, la vie, c’est compliqué, et c’est terriblement court. On a l’impression qu’on a tout le temps devant soi, mais en réalité c’est comme une séance de speed-dating : à peine entré dans la bulle, c’est déjà le moment de dégager. »

Léonor : « Tu parles comme un vieux ! »

Marcus : « Les vieux sont des jeunes pour qui tout a été trop vite. »

Note : ♥♥♥♥

Publicités

3 réflexions sur “Phobos : Les Ephémères de Victor Dixen

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s