La bienfaitrice d’Elisabeth von Arnim

Afficher l'image d'origine

Edition Archipoche

Nbre de pages : 360

Résumé : Anna Escourt, jeune femme de 25 ans est lasse de devoir dépendre de son frère et surtout de sa belle-sœur. Tout bascule lorsqu’un oncle fait d’Anna l’héritière d’un grand domaine en Allemagne. Alors que sa belle-soeur lui conseille de prélever seulement les revenus que lui rapporte la propriété, Anna décide d’y vivre et d’y accueillir des femmes désargentées.

Avis : J’ai beaucoup aimé ce livre. C’est un classique mais les idées que représentent le personnage d’Anna et soufflées par Elisabeth von Arnim sont terriblement modernes.

Tout d’abord il y a le désir d’indépendance d’Anna, alors que Suzy sa belle-sœur veut à tout prix lui trouver un mari, seule solution possible pour une femme à cette époque, la jeune femme  veut travailler pour subvenir à ses besoins.

C’est une vraie prise de position envers la femme. Ce qui m’a surprise à la fin du livre c’est la morale car, il y a une morale, énoncée par le pasteur racontant à sa femme que le seul moyen pour une femme d’être heureuse est de trouver un mari.

J’ai beaucoup ri de cette morale et de cette ironie de la part de l’écrivain qui termine son roman ainsi alors qu’elle a prouvé durant toute l’histoire que ce n’était pas le cas.

Pour moi le livre pose aussi cette question : est-ce en s’occupant des autres qu’on devient heureux ? Car la tentative philanthropique d’ Anna s’avère un réel échec.

Enfin je terminerai par les idées nazies déjà présentes à travers le personnage du pasteur mais qui ne sont pas détaillées par l’auteur.Je vous conseille ce classique aux idées modernes et qui interpelle encore aujourd’hui.

 

Extrait :

« Le monde est un endroit affreux, rempli de gens malheureux, pensait Anna, portant sur le monde un regard malheureux. Chacun ne peut compter que sur soi-même, sans personne pour le réconforter. Chacun doit supporter plus qu’il ne peut, sans personne pour l’aider. Ah ! si je pouvais, j’aiderais et je réconforterais tous ceux qui sont tristes, l’âme en peine, oh si seulement je pouvais !  »

 

Note : ♥♥♥♥

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s