La confrérie de la dague noire Tome 1 :L’amant ténébreux de J.R Ward

Résumé : Kolher est le chef de la Confrérie de la dague noire, un groupe de vampires qui ne cessent de combattre les éradiqueurs. Quand un de leur membre,  Audazs,  meurt, Kolher se voit confier la garde de sa fille Beth et doit gérer sa transformation en vampire. Très vite le vampire va ressentir une très forte attirance pour la jeune femme.

Avis : Attention roman très chaud ! J’ai été séduite par ce premier tome même si à mon goût les scènes de sexes sont très présentes et très précipitées. Malgré tout j’ai aimé l’alternance en nous racontant ce qui se passe du coté des vampires puis du coté de leurs ennemis : les éradiqueurs.

Extrait :

Lorsqu’elle sentit les soubresauts du lit, Beth se réveilla, paniquée. La première chose qu’elle vit fut la main de Kolher. Ses doigts étaient enroulés autour d’une longue mèche de ses cheveux.
Elle le regarda. Des larmes coulaient de ses yeux.
– Kolher, mon amour !
Elle s’allongea contre lui et lui caressa les cheveux. Il semblait en proie à une grande détresse.
– Tu as mal ?
Il ouvrit la bouche. Aucun son n’en sortit. Il commença à paniquer, écarquillant les yeux.
– Du calme, mon amour. Détends-toi, dit-elle. Je veux que tu serres ma main, une fois pour « oui », deux fois pour « non ». Tu as mal ?
Non.
Avec tendresse, elle essuya les larmes de ses joues râpeuses.
– Tu es sûr ?
Oui.
– Tu veux que j’aille chercher Havers ?
Non.
– Tu as besoin de quelque chose ?
Oui.
– A manger, à boire, du sang ?
Non.
Il commença à s’agiter, l’implorant de ses yeux pâles et terrifiés.
– Chut, tout va bien. (Elle lui embrassa le front.) Calme-toi. On va trouver ce dont tu as besoin. On a tout notre temps.
Il posa ses yeux sur leurs mains jointes, avant de fixer de nouveau son regard. Puis il recommença.
– Moi ? murmura-t-elle. Tu as besoin de moi ?
Il lui serra la main, sans relâcher la pression.
– Oh, Kolher… Je suis à toi. On est ensemble, mon amour.
Un torrent de larmes coulait sur le visage du guerrier, sa poitrine était secouée de sanglots, et sa respiration était agitée et rauque.
Elle prit son visage dans ses mains pour tenter de l’apaiser.
– Tout va bien. Je ne vais nulle part. Je ne vais pas te quitter. Je te le promets, mon amour…
Il finit par s’apaiser un peu. Le torrent de larmes diminua.
Un son rauque sortit de sa bouche.
– Quoi ?
Elle se pencha.
– Voulais… te sauver.
– Tu as réussi. Kolher, tu m’as sauvée.
Ses lèvres tremblèrent.
– Je… t’aime.
Avec douceur, elle posa un baiser sur ses lèvres.
– Moi aussi, je t’aime.
Note : ♥♥♥♥
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s